Des Gueules cassées aux dividendes


8 NOVEMBRE 2019

——Jean Casanova

——–C’est le très officiel Observatoire des Inégalités qui le souligne à propos des joueurs, non pas de football ou à la Bourse, mais à la Loterie : « Les joueurs issus des foyers les plus pauvres consacrent aux jeux d’argent une part de leur budget trois fois plus élevée que les autres foyers. Ils ont un plus grand risque d’y développer une addiction. La quasi-totalité d’entre a au mieux un niveau d’études équivalent au baccalauréat. »

Pauvres, addicts et ignorants, les trois à la fois. Un peu, Affreux, sales et méchants de l’immortel Ettore Scola. Quand les revenus baissent et que la précarité s’installe, l’attirance au jeu augmente.

Paradoxe, les pauvres qui échappent à l’impôt sur le revenu, tout en réglant malgré tout la TVA lors de l’achat d’une baguette de pain, les mêmes pauvres alimentent malgré tout le budget de l’État et en quelque sorte contribuent à l’impôt, en grattant des tickets de la Française des Jeux, encore aujourd’hui propriété nationale.

Jean-Baptiste Colbert, ministre de Louis XIV, le disait à sa manière : « L’art de l’imposition consiste à plumer l’oie pour obtenir le plus possible de plumes en obtenant le moins possible de cris. »

——Juste équilibre de « l’en même temps », après avoir supprimé l’ISF (l’Impôt sur les Fortunés), le monarque – président, aujourd’hui à mi – mandales, envisage de mettre fin à l’ISP (l’Impôt sur les Pauvres), la contribution des pauvres au budget de l’État lorsqu’ils s’adonnent aux jeux de loterie.

N’entendez pas par-là qu’ils cesseront de jouer, de rêver à ne plus être pauvres, entendez plutôt que le pactole au lieu de se déverser dans les caisses du fisc, ira aux dividendes des actionnaires. Le cash est au rendez-vous, mais n’aura plus la même destination : l’escarcelle des actionnaires au lieu des caisses de l’État.

Toujours un jeu d’argent, la loterie va cesser d’être un jeu de hasard : les dividendes seront réguliers et même, le prévoit-t-on, en forte hausse.

——–Loterie, mais de quoi s’agit-il ? L’une des plus anciennes traces de loterie vient de Chine, où elle serait apparue au IIe siècle avant Jésus-Christ, sous la dynastie des Han.

On la retrouve dans l’Antiquité romaine associée aux fêtes religieuses païennes comme les bacchanales et les saturnales. « Panem et circenses », du pain et des jeux, l’empereur Néron y recourait avec, en guise de lot, des chevaux ou des esclaves.

Longtemps interdite au Moyen Âge par la Chrétienté et l’Islam qui considéraient cette pratique comme païenne, la loterie refait son apparition en Europe, en Italie, à la Renaissance. C’est François Ier qui, la découvrant durant les Guerres d’Italie, décide de l’implanter en France pour renflouer le trésor royal. Le Roi n’en aura pas le monopole et plusieurs loteries religieuses sont mises en place les années suivantes permettant aux autorités ecclésiastiques le financement de la construction et de l’entretien de nombreuses églises à Paris, telles l’église Saint-Sulpice, puis l’église Sainte-Geneviève, le futur Panthéon.

Ce n’est que sous Louis XV, que Giacomo Casanova, évadé de la prison des Plombs à Venise, en cavale à Paris, conseille au Roi l’institution officielle de la Loterie Royale de France pour subvenir à l’entretien fastueux de la Cour.

——Puis la République surviendra. Lointaine héritière de la Loterie Royale de France, la Loterie Nationale Française, ancêtre elle-même de la Française des Jeux, est créée en 1933 pour venir en aide aux anciens combattants et invalides de guerre rescapés de la grande boucherie de 14 -18.

Des Gueules cassées aux dividendes. La route est longue, mais la trajectoire directe, sans s’arrêter même aux éborgnés de l’insurrection civile en France des années 2018 – 2019.

La bande du Fouquet’s

——–Ils sont à l’affût. C’est la ruée vers l’eldorado. Dominique Dessaigne, patron des Casinos Barrière, créateur de jeux de poker en ligne avec le site LeCroupier.fr ; Vincent Bolloré, lanceur sur sa chaîne de télévision de l’émission Direct Poker ; Bernard Arnaud, gros actionnaire de Betfair, société de paris en ligne. Ils sont encore nombreux, et tous veulent en être. Pardonnez-nous, la liste est longue, de ne pas tous les citer.

Ils en révaient depuis longtemps. Croquer la pomme de la Française des Jeux. Le monarque d’aujourd’hui leur en offre l’occasion.

« La loterie d’État, rien d’autre qu’un fléau inventé par le despotisme pour faire taire le peuple sur sa misère, en le leurrant d’une espérance qui aggrave sa calamité », ainsi s’exprimait un député à la Convention révolutionnaire de 1793, lors de l’abolition de la Loterie Royale.

Ce fléau, fructueux monopole d’État, est aujourd’hui concédé aux intérêts privés.


Une réflexion sur “Des Gueules cassées aux dividendes

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.