NRA mon amour


5 AOÛT 2019

——Jean Casanova

——–Il y avait Hiroshima mon amour. Hiroshima, dont c’est demain le triste anniversaire. Mais aujourd’hui, c’est de NRA mon amour, la NRA (National Rifle Association) dont nous vous parlerons.

——Nous sommes aujourd’hui à Indianapolis, au lendemain des tueries de Dayton et El Paso, en compagnie de Shannon Watts, au siège de Moms demand action for Gun Sense in America.

——–Moms demand action for Gun Sense in America est le mouvement des mères américaines en lutte pour une législation interdisant le port des armes à feu. Shannon Watts en est la fondatrice.

——Shannon Watts est l’une des mamans ayant perdu leur enfant lors de la tuerie de l’école primaire de Sandy Hook à Newton, dans l’État de Connecticut, le 14 Décembre 2012. 28 morts, dont 20 enfants, le directeur de l’école et plusieurs enseignants. Shannon, mère et conscience civique, comme seuls les États-Unis en fabriquent, décidait au lendemain du drame d’éveiller les esprits et d’entamer le long et difficile combat de l’interdiction du port d’armes.

Il commence à porter ses fruits ! Mais il sera long. Target, le 3° distributeur américain, notre Carrefour, Leclerc ou Auchan, par la plume de son directeur John Mulligan, vient d’écrire à ses clients, avec d’infinies précautions : « À partir d’aujourd’hui, nous demandons respectueusement à nos clients de ne pas rentrer en armes dans nos magasins ».

——Pour l’Européen tombé des nues que nous sommes, l’incrédulité l’emporte.

Il est vrai que Gérard Mulliez, propriétaire d’Auchan, ne nous en demande pas tant, conscient du contre-productif et du surréaliste que représenterait le spectacle de nos ménagères derrière leur caddie, la winchester en bandoulière ou le colt au ceinturon. Notre première réaction bien compréhensible restera : à quand un Cicéron US, déclamant pour stigmatiser la barbarie de ses concitoyens : « O tempora, o mores ».

——Oui, la route sera longue, même si d’autres firmes, comme Costco, chaîne alimentaire hard-discount, interdisent explicitement maintenant à leurs employés d’amener leurs armes au travail. D’autres ont suivi ce louable exemple : Jack in the Box, Chili’s, Starbucks, la liste n’est pas close.

Walmart, le géant américain de la grande distribution, quant à lui, après deux fusillades dans ses rayons en moins d’une semaine, vient d’annoncer cependant qu’il ne cesserait pas de vendre complètement armes à feu et munitions dans ses magasins.

Quant à la grande association de porteurs d’armes, Open Carry Texas, adhérente de la NRA, elle déplore le risque que désormais « clients et employés désarmés soient sans défense face aux agissements criminels des déséquilibrés », résumant ainsi l’esprit du 2° Amendement à la Constitution : le port d’armes est justifié par la légitime défense.

Devise sacro-sainte de la National Rifle Association et de son président Charlton Heston.

——–Que dire de ce fossé de civilisation entre les deux rives de l’Atlantique, l’Europe et l’Amérique du Nord, sinon qu’il est l’illustration plus générale de la thèse selon laquelle les Hommes font l’Histoire mais sont aussi le produit de leur Histoire.

Et pouvait-il en être autrement dans ce pays, les États-Unis, dont les fondations se sont construites, il y a 150 à 300 ans, les armes, sinon à la ceinture, du moins toujours à portée de la main.

Pour confisquer d’abord, au terme d’un véritable génocide, l’immense territoire nord-américain aux tribus de Peaux-Rouges ; pour repousser ensuite à la mer la soldatesque coloniale anglaise pendant la Guerre d’Indépendance ; sans oublier de pourchasser les esclaves noirs évadés des plantations ; pour s’étriper enfin l’un l’autre pendant la Guerre de Sécession.

Sans oublier, de se protéger des chasseurs de primes et des mauvais garçons dans les bourgades sans shérif, scènes immortalisées dans tous les Règlement de comptes à OK-Corall du cinéma de notre enfance.

——–Ceci, alors que dans la féodalité européenne, celle qui a si largement façonné notre sens du bien et du mal, le port des armes était réservé à la noblesse (malheur au gueux surpris par son seigneur une arme à la main), instruits qu’étaient les puissants, depuis plus de 1000 ans, par les révoltes d’esclaves et l’exemple de Spartacus, du danger du peuple en armes.

Danger mortel et finalement advenu avec la Prise de la Bastille et la tête coupée à l’aristocratie, il y a près de 250 ans. Nos sages et prudents régimes parlementaires, et c’est tant mieux, ont perpétué cette interdiction de la détention et du port des armes.

——La concordance n’est pas la causalité, même si les faits interagissent entre eux.

Discours racistes de Donald Trump et fusillades dans les supermarchés, le cauchemar américain continue.

 

 

 

Publicités

Une réflexion sur “NRA mon amour

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.