Mais que font donc les Grecs?


2001/ L’AGCS est ratifiée au secret à l’OMC entre ministres sans aucune consultation parlementaire dans aucun pays.

=> Aucun syndicat, nulle part, se met en grève (contrairement à 1995 où, là la mobilisation générale avait forcé le parlement européen à retoquer le précédent accord).

Juillet 2015: Place Syntagma, manifestations avec violences policières.

=> aucun syndicat d’aucun autre pays européen ne vient converger place Syntagma.

Janvier 2018: grève dans les services publics en Grèce contre la suppression du droit de grève.

=> aucun syndicat français ne se mobilise en solidarité et « convergence » des luttes.

Présidentielles 2017: Mélenchon ratisse national pendant que Macron clame Europe.

Juste au dernier moment, apéro de convergence européenne avec Iglesias et Mathias – juste trop tard. Les 600 000 voix à  piquer à Macron (et non à Le Pen) étaient là.

6 février 2018: les grévistes D’IG Metall obtiennent un nouvel accord salarial.

=> tout seuls. Pas eu besoin des syndicats français (dommage, ils auraient gagné du temps et nous des alliés);

Avril 2018: grèves sectorielles en France, rêvant de « converger ».

=> aucun syndicat européen ne converge avec nous. On aimerait que les syndicats du rail européen exigent tous d’avoir le statut cheminot français. En voilà un progrès. En voilà de l’action. En voilà de « l’uniformisation européenne par le haut ». Soeur Anne ne vois-tu rien venir? Allo Athènes?

Seuls les « agitateurs professionnels » de tous pays voyagent d’une lutte à l’autre.

et tâchent d’engager obstinément la seule convergence qui vaille où il le peuvent, à l’échelle européenne: grand classique, les seuls à converger sont les agriculteurs et les étudiants. Voir la Makhnovitchina et 68, le Larzac et Nanterre. Les syndicats  « professionnels »  restent, eux dans leur paccages subnationaux. Le Pen salive.

Etudiants: revendiquez au moins deux années d’études libres et diplômantes, celles dont chacun peut rêver, par passion, pulsion de savoir et jouissance de science, de se doter du bagage – valise à outils de pensées et créations futures – quel que sera ensuite le choix plus « raisonnable » de l’économiquement correct: ainsi vous changerez l’économie. Outre que ça ne coûtera rien de plus d’ouvrir ces courtes filières supérieures (à la place des Khâgnes Hypokhâgnes) et permettra d’embaucher des maîtres-assistants chômeurs de ces pseudo filières « surchargées et improductives ». L’improductif est nécessité vitale!

Chaque syndicat est tributaire de la loi nationale qui encadre son exercice strictement réservé au champ socioprofessionnel national et, de plus, sectoriel. Convergeons autour de la table de cuisine de notre vieille maison.
Converger? Autrement dit: désobéir! Dans dix ans on y sera. En attendant, Macron tiendra et passera. En France. Parce qu’il sait qu’on se bat là dans la vieille petite cuisine. Mais son « Europe qui protège », elle, ne convergera pas . Parce que ses concubins du Conseil Européen n’en veulent pas, de la convergence sociale: en élargissant ce cadre, elle engagerait forcément l’ouverture possible d’une convergence supra-nationale, et européenne, des luttes. Donc le cauchemar révolutionnaire. L’Europe embrasée.

Allez camarades, rendez-vous dans 10 ans. Et revoyez tous vos fondamentaux parce que les lois répressives, elles, auront convergé.

Solidarité avec les migrants.

SYNDICATS, ABOLISSEZ LES FRONTIÈRES DE VOTRE ANCIEN MONDE POUR SUBMERGER  L’EUROPE DU PROFIT SANS FRONTIÈRES.

L’obéissance aveugle à des stratégies obsolètes est impardonnable.

Suffira-t-il qu’unE retraitéE se flingue place de Bastille?

Même pas. Désespoir.


2 réflexions sur “Mais que font donc les Grecs?

  1. 2 petites anecdotes tirées de ma vie ordinaire de cette semaine :

    – Dans le bus, une mère consultant son smartphone alors que son bébé d’une année et demie ou deux, dans s poussette, joue déjà sur sa tablette. Couple silencieux avec un petit enfant, ma foi, trop silencieux…

    – Pause midi. Un groupe de cinq écoliers sont réunis sous le vieux marronnier, deux appuyés contre la fontaine, deux autres leur font face, appuyés sur le muret. Les quatre sont plongés dans leur smartphone. Le cinquième n’est appuyé nulle part et essaie de jongler avec une bouteille de PET vide. Il va sans dire que c’est ce dernier qui fait le plus de bruit. Ces écoliers sont devenus, ma parole, fort silencieux…

    Deux petits clichés qui m’ont fait un peu peur. L’avenir sera-t-il très très silencieux ?

    Bises
    Gene

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.