Désobéir.


« Malheureux le pays qui a besoin de héros » (Brecht)

En France.

Parmi tous les hommages consacrés à Arnaud Bertrame, officier de gendarmerie, le qualificatif le mieux « approximatif » de son acte fut celui de résistant. C’est là esquiver pudiquement le règlement militaire qui, normalement, régit le protocole d’intervention lors de prises d’otages: interdiction de prendre la place de la victime, autrement dit de déposer les armes. Quelques timides paroles rappellent l’infraction à la règle assumée par Beltrame face aux propos embarrassés du Directeur de la Gendarmerie insistant seulement sur le caractère « exceptionnel et strictement individuel » (pour qui connaît le langage de l’armée, on sait ce que signifie « individuel ») de l’acte décisif du gendarme – qui d’ailleurs ne put en prendre l’initiative qu’à la faveur de son commandement: son grade d’officier supérieur. Désobéissance, donc. Comme désobéirent les officiers refusant la pratique de la torture en Algérie en 1957 (refus qui fut ensuite institué en droit par la refonte du statut militaire de 1972 & 2005 permettant au soldat de refuser d’appliquer un ordre jugé illégal – ainsi appliquer la torture ou tirer sur ses concitoyens). Face à la pusillanimité sagement obéissante des directions syndicales « en marche » aujourd’hui, l’acte de Beltrame résonne avec une force étonnamment subversive. Désobéir, par nécessité vitale, logique, stratégique et symbolique, désobéir au devoir légal d’impuissance devant la barbarie sans loi: la force du droit se prend, se fait, s’impose en loi – le « ya basta » gendarmier rappelle chacun à l’ordre par une désobéissance obligée qui est tout le contraire d’un désordre. Et c’est bien en réalité, au profond de chacun, la portée de ce désobéir qui frappe, saisit, réveille. Voilà qu’un gendarme philosophe remet à l’endroit ce qu’insoumis veut dire et rappelle que la rigueur de la désobéissance, civile ou civique, est en France garantie comme droit et devoir de résister à l’oppression par le préambule constitutionnel renvoyant à la déclaration des droits de l’homme de 1789.

La liberté, le droit de désobéir revêtent tout à coup valeur de symbole national parce qu’un officier militaire les a risqués, assumés et payés de sa vie.

Sans ouvrir au tragique définitif – mais toutefois le risquant aussi -, le Manifeste des « 343 » en 1971 en faveur du droit à l’avortement, la lutte du Larzac engagée la même année et  le Manifeste des « délinquants de la solidarité » (soutien aux sans-papiers) débuté en janvier 2017 et toujours en vigueur ont aussi mis en actes cette désobéissance que le Conseil Constitutionnel renomma « résistance à l’oppression », qualifiant celle-ci de devoir et appelant celui qui l’invoque  à « agir immédiatement et très fort ». Nul doute qu’Arnaud Beltrame connaissait la lettre et l’esprit de la loi sur le bout des doigts.

Mais continuons, respectant les règlements de police, à en lever un pour demander la permission de bien vouloir nous autoriser à dire Non de République à Nation.

Le sens du terme « musulman » est: obéissant – certaines traductions donnent « soumis ». Tout comme en christianologie le terme obédience signifie aussi obéissance – l’oubli du latin favorisant celui du sens. Choisir en revanche le terme d’insoumis pour qualifier un mouvement de gauche qui ne compterait donc, en ses membres, aucun ignorant des sens cachés de quelque bord sous lesquels ils rampent devrait appeler à une réflexion collective menant bien au-delà du conflit entre Insoumis et partis d’extrême-gauche-droite cramponnés à l’esprit plus policier que politique de l’obéissance « militante » qu’ils exigent militairement de leurs engagés – au mépris de réalités et de droits.

Aux USA.

Virginie occidentale: grève et manifestations du personnel enseignant, désavouées par les syndicats obéissants à la loi d’un état où la grève est illégale et le droit de manifester interdit. Les personnels en lutte obtiennent gain de cause – avant que ne pleuvent les condamnations (voir l’article de Charles Reeves sur les AZA récemment). Plus d’un million de manifestants dans tout le pays contre le second amendement autorisant, pour toute désobéissance civile, le port d’armes et le droit de se constituer en milice armée s’il faut combattre d’hypothétiques « dérives totalitaires » portant atteinte aux libertés. Il suffit donc à un idiot persuadé d’être investi d’une mission de sauvegarde des libertés (contre une loi fédérale, pour sauver des foetus, parce qu’il a été exclu d’un établissement scolaire ou qu’il croit en la supériorité de la race blanche – la liste hélas est longue mais ne comprend aucun citoyen persuadé que le « nous croyons en Dieu » imprimé sur le billet vert relève de la « dérive totalitaire ») de s’armer comme s’il constituait une milice à lui seul et d’abattre ses concitoyens ou condisciples.

Et c’est, hélas, Thoreau lui-même qui apporte ce « droit » à chaque tueur de masse américain. Sa Civil Desobedience (Désobéissance civile: ici le terme d’obédience a conservé son sens) affirme « qu’un homme qui aurait raison contre ses concitoyens constitue déjà une majorité d’Un » : affirmation d’une importance politique et philosophique radicale, magistralement juste – et justifiant « l’individualisme » jusque dans ses excès . Mais, mixée au second amendement, elle sert d’alibi aux assassinats qui se multiplient. J-P Stevens, ex-juge à la Cour Suprême (équivalent de notre Conseil constitutionnel, garante de la Constitution américaine et seule capable de la modifier) vient de demander l’abrogation du second amendement dans un article de ce New-York Times du 27 mars. Y substituer le droit de Civil Desobedience serait, par exemple, une solution souhaitable. La lutte va être longue, tant la Constitution américaine vaut « texte sacré » (notamment par son référent théologique créationniste posant que les hommes « sont créés » libres et égaux). Quant au contrôle strict du port d’armes, le combat contre la NRA n’est pas plus près d’être gagné.

En Iran.

Depuis plus de trois ans les iraniennes se sont battues contre le port obligatoire du voile – manifestations multiples et constantes, pétitions, actions de braver la loi en sortant tête nue encourant les sanctions, etc. L’Iran a enfin abrogé cette obligation fin décembre dernier – les posts des Iraniennes triomphantes inondant les réseaux appellent chacune et chacun à ne pas demeurer soumis.

 

 

Publicités

4 réflexions sur “Désobéir.

  1. Oui, merci, mais que je complèterai ici: si Beltrame avait survécu, aurait-il été ainsi décoré (sa hiérarchie ne lui aurait-elle pas plutôt discrètement infligé un blâme?) ou: si Beltrame avait été tué, et l’otage aussi: quelle aurait été l’interprétation officielle? « Tragique erreur de jugement, un sacrifice inutile ». Et pire, si l’otage avait été tuée, mais Beltrame survivant? Plus qu’une erreur tragique, ç’aurait été alors la « désobéissance fatale ». Moralité: il n’y a pour le pouvoir de bon désobéissant que mort. Et c’est cela qu’a clamé haut et fort le symbole des « Invalides ». Et Macron ne l’a même pas fait exprès, du point de vue du sens profond…

    J'aime

    1. Bonjour aniouta.

      Je vous suis.
      Le libéralisme a inventé la dérèglementation, la dérégulation (thatcher-Reagan), le Nouvel Ordre Mondial et le fumeux «« READ MY LIPS »» Busch fils, la réalité alternative (the Trump Family). Ce sera quoi la prochaine ?
      Oui, le sort de ce soldat aurait pris une autre tournure si la victime aurait été tuée.
      C’est de la récupération ? C’est pas la première ni la dernière.
      Et puis, nous sommes dans l’ÈRE du ni gauche ni droite, inaugurée par Macron. Il restera sans doute dans l’Histoire, pour se souvenir des incohérences qui montent en puissance.
      Décidément les Busch qui s’amusent à ouvrir des boîtes de Pandore n’ONT PAS RÉFLÉCHI aux dommages collatéraux qui s’en suivraient.
      Mais à partir de maintenant, l’ignorance n’est plus possible.
      Mais le maniérisme du conflit, lui figure bien au premier rang du palmarès.
      Pauvre de nous, pauvre, ceux qui ne se souviennent pas.
      Et dire que la Le Pen veut changer de nom.
      Que le PS va sans doute renaître.
      Que le PCF sera pareille à lui-même.

      La FI-JLM seront toujours dans le collimateur de la gauche et de la droite, chacun à leur manière.

      Le PRCF, le PARDEM et le nouveau parti anti capitaliste sont en phase au moins.
      Le marxisme doit être vue sous l’angle des nouvelles connaissances.
      J’ y reviendrai.

      J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.