2018, Année du Ragondin


13 JANVIER 2018

–——Jean Casanova

——–L’Année du Chien, selon le calendrier lunaire chinois, débutera en Février 2018. À Taiyuan, en Chine, on s’apprête déjà à entamer ses festivités, avec l’exposition d’une immense statue représentant un canidé aux airs de Donald Trump, sympathique bouledogue coiffé de la caractéristique houppette dorée.

Le calendrier chinois actuel est inspiré de celui instauré en 104 av. J.-C. par l’Empereur Wudi de la dynastie Han. L’année compte 12 mois lunaires, plus courte d’environ 11 jours que l’année solaire. Pour que le calendrier reste soli-lunaire, un 13° mois lunaire est adjoint certaines années intermédiaires.

En France, nous en restons encore au calendrier solaire – il est grégorien – ses 12 mois et ses 365 jours, 366 une fois tous les quatre ans, année dite alors bissextile. Les festivités ont donc déjà débuté et se poursuivront tout au long de l’année 2018, baptisée par nos autorités, non pas l’Année du Panda, en dépit du souhait d’une marraine célèbre, mais l’Année du Ragondin.

——–En écho à cette décision, l’ARF (Association des Riverains de France), lors de son Assemblée Générale annuelle, tenue en présence d’une invitée d’honneur, Mme Pénulot, Ministre tout à la fois de l’Environnement et du Travail et des Affaires Sociales, l’ARF a lancé un véritable cri d’alarme quant au ragondin, sa récente prolifération et la décision officielle des pouvoirs publics de placer l’Année 2018 sous le signe du dangereux et sournois myocastoridé. Pour l’ARF, l’heure est plus que jamais au combat pour la préservation des écosystèmes aquatiques et sociaux aujourd’hui justement menacés par le ragondin.

Après l’émouvante et incontournable minute de silence destinée à honorer la mémoire de Johnny d’Ormesson, Mme Charlotte Moulin, la présidente, a rappelé à Mme Pénulot les grandes préoccupations de l’association en rapport avec cette récente prolifération dans nos zones humides du ragondin, espèce qu’elle a qualifiée de dangereuse pour les écosystèmes aquatiques et sociaux.

——–Le ragondin (Myocastor Rotschildus), petit mammifère de la famille des Myocastoridae, encore appelé vulgairement castor des marais, myopotame, loutre d’Amérique ou plus récemment encore macrondin, a connu depuis le Printemps 2017 une prolifération exponentielle sur l’ensemble du territoire.

–-Or, il s’avère que son développement menace grandement l’état des rives de nos systèmes hydrauliques, de nos rivières et des canaux reliant nos marais, pour tout dire l’ensemble de notre système de Protection Sociale, a insisté Mme Moulin.

Creusant des terriers le long des berges, droites ou gauches, de nos cours d’eau et de nos institutions de protection sociale, sa prolifération est rendue responsable de la déstabilisation de ces berges, de leur fragilité grandissante et des menaces conséquentes de leur effondrement.

–-Par la quantité de terre rejetée dans le cours des rivières à chaque terrier creusé, Myocastor Rotschildus provoque l’accélération du comblement des canaux, supprimant par là la notion de rive Droite et de rive Gauche, ces dernières tendant à se confondre. Ceci, au plus grand désarroi du corps électoral et pour le plus grand bonheur des joueurs de bonneteau politico-social.

Le macrondin, son nom communément adopté aujourd’hui, se montre par là beaucoup plus dangereux que ses anciens compétiteurs, le Rat Sarké et la Musaraigne Hollandaise, longtemps accusés des mêmes méfaits, dans des proportions pourtant moins préoccupantes et heureusement contrebattues à leur époque.

Devant la Ministre de l’Environnement et du Travail, Mme Charlotte Moulin a évoqué les autres effets néfastes de la prolifération de Myocastor Rotschildus : fragilisation des fondations d’ouvrages hydrauliques et sociaux, telles que l’Assurance-Maladie, la retraite par répartition et l’indemnisation du chômage, mais encore, c’est moins préoccupant a-t-elle voulu reconnaître, la destruction des nids d’oiseaux aquatiques, tels ceux du Héron Solférinien. Cette prolifération serait également responsable, a-t-elle ajouté, de l’aggravation d’une affection pourtant longtemps vue comme peu contagieuse, la milliardiose qui se propage aujourd’hui à grande vitesse chez l’espèce protégée des Oligarques.

Enfin, a-t-elle insisté, nous craignons que le macrondin, à l’aide de ces grandes incisives caractéristiques, puisse se livrer, dès l’arrivée des premiers froids, au grignotage-désindexage du salaire minimum et à l’écorçage des arbres de la Fonction Publique.

Prenant à témoin Mme Pénulot dans ses responsabilités de ministre à l’Environnement et au Travail, Mme Moulin a demandé instamment l’inscription officielle du macrondin sur la liste des animaux classés nuisibles et l’établissement de plans de lutte collectifs par piégeage, déterrage et pose d’appâts empoisonnés, pratiques largement encouragées par les autorités pour le Putois de Haute-Loire (Mustela Wauquierus putorius), le Rat Sarké (Ratus Lybio-maggyarus), ainsi que la Pie Filasse (Pica Marina blondassa).

–——Dans sa réponse à ce lourd réquisitoire, la ministre, Mme Pénulot, en charge dans ses responsabilités de l’Environnement, et donc de la biodiversité, a cherché l’apaisement et la voie du compromis.

Sans s’engager formellement sur le classement nuisible du macrondin, classement avec toutes ses conséquences, qui sait, la disparition de l’espèce, elle a indiqué réfléchir et travailler sur le projet de cantonnement de l’espèce Myocastor Rotschildus dans une réserve nationale de chasse et de faune sauvage. Celle du domaine de Chambord, aux alentours du Château du même nom, par exemple. Dédié depuis plusieurs siècles à la grandeur royale, le domaine pourrait ainsi connaître une nouvelle destinée, l’accueil et l’acclimatation protégée du macrondin.

–-À côté du cerf et du sanglier, espèces emblématiques de la forêt de Chambord, le cantonnement du macrondin dans ce site privilégié et apte à la reproduction des espèces nicheuses, comme la fauvette bancaire, ce cantonnement permettrait d’éviter les conséquences de sa prolifération sur l’ensemble du territoire.

À l’absence de sifflets et aux timides applaudissements de la salle faisant suite à cette proposition de Mme la Ministre, il nous a paru que le compromis restait encore possible et qu’une issue raisonnable était en bonne voie. Le macrondin toujours vivant, mais mis hors d’état de nuire, n’était-ce pas l’essentiel ?

Tout est bien qui finit bien

Publicités

Une réflexion sur “2018, Année du Ragondin

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s